HomeMarché de Noël

January, 2014

now browsing by month

 

Marché de Noël

Marché de Noël 2013
1item(s)

Sainte Julie Billiart

Sainte Julie Billiart «Educatrice et Formatrice»

«Comme l’œuvre de Dieu se fait si doucement, il faut nous contenter de suivre la grâce tout doucement. Cela se fait par un mot, une parole, un petit signe d’amitié».

Julie lettre 8

Un peu d’histoire

Julie Billiart est née à Cuvilly, en Picardie, le 12 juillet 1751. Toute sa vie fut animée par un grand désir de faire connaître la bonté de Dieu. Catéchiste très jeune, elle le reste malgré la paralysie qui la frappe à l’âge de 23 ans. Recherchée pendant la Révolution française, transportée à Compiègne, puis à Amiens, elle garde inébranlable sa confiance en Dieu.
Le 2 février 1804, elle fonde avec Françoise Blin de Bourdon la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame.
Guérie miraculeusement, elle se consacre à son projet d’éducation des jeunes filles pauvres Des oppositions l’obligent à quitter la France en 1809, elle prend dès lors la route de Namur, sûre de l’accueil de Mgr Pisani de la Gaude qui depuis deux ans, encourageait la petite école des Sœurs de Notre-Dame, établie rue du Séminaire. Jusqu’à sa mort, le 8 avril 1816, elle poursuit son œuvre d’éducation en fondant des écoles.
Du cœur de son expérience naît son expression familière:
«Ah, qu’il est bon le bon Dieu ! »
Béatifiée le 13 mai 1906, Julie Billiart fut canonisée le 22 juin 1969.

Qui était Sainte Julie Billiart ?

…« Ah qu’il est bon le bon Dieu!!» Cet heureux pléonasme suffit à expliquer toute la vie de la Fondatrice des Sœurs de Notre-Dame : Mère Julie n’a vécu que pour aimer et faire aimer le Dieu qu’elle connaissait si bon et afin de lui gagner des âmes, elle s’est montrée pour tous, surtout pour les enfants, bonne comme le bon Dieu si bon!
…Une autre qualité que Mère Julie demande des maîtresses, c’est une humeur agréable, «une gaieté sans dissipation, afin de gagner tous les cœurs.» (Lettre de 1815). «Il faut, leur disait-elle, que la joie du St-Esprit soit comme gravée sur vos figures, pour la gloire de Dieu, pour attirer les âmes à son service».
…On pourrait résumer son action sur la jeunesse par cette simple parole. Elle a aimé les enfants, elle les a aimés d’un amour surnaturel, intelligent, aussi tendre que profond. Pour «ses chères petites filles», elle avait, comme dit Fénelon, ce que l’amour a de plus divin : le dévouement qui s’oublie soi-même pour se dépenser sans mesure et se livrer sans réserve.
…L’éducatrice a une mission divine à remplir. Tandis que J.J. Rousseau disait: «Pour former des hommes, il faut être plus qu’un homme», nous avons entendu la bienheureuse Julie s’écrier: «Il faudrait être un Dieu pour comprendre la grandeur d’une telle œuvre!».
…Oui, l’enfant, c’est avant tout, selon la bienheureuse Julie, une âme «en qui il faut travailler à former Jésus»; une âme, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus grand, de plus noble, de plus intéressant ici-bas, c’est une intelligence qu’il faut éclairer en lui faisant connaître le vrai, c’est une volonté qu’il faut diriger vers le bien, c’est un cœur doué de la puissance d’aimer, qu’il faut tourner vers le beau et le bon.

Principes éducatifs et pédagogiques de sainte Julie Billiart
Pour faire des écoles Notre Dame un atelier d’humanité

«Je veux qu’elles soient bien traitées pour tout ce qui se rapporte à l’entretien du corps, que la nourriture soit saine, que la cuisine se fasse bien, surtout qu’on leur donne du bon pain. Que l’on ait tant de pitié que l’on voudra si l’on n’a pas soin du temporel, je dirai toujours que la pitié ne sera jamais solide parce que nous sommes composées d’une âme et d’un corps dont il faut prendre soin

Octobre 1811

«Il faut les inciter à la pratique des vertus du christianisme en insistant surtout sur le fidèle accomplissement de leur devoir d’état, l’obéissance, le respect envers leurs maîtresses, l’exactitude au travail journalier et en leur apprenant les joies de la charité.»
«Il faut une exactitude à suivre les règlements des écoles sans quoi on ne fait que du galimatias.»

Décembre 1812

«Il faut être attentive à ne laisser entrer aucune qui peut gâter les autres. On connaît une maison d’éducation en dehors de notre institut-maison régulière en toute chose- où une enfant en a gâté vingt autres qu’il a fallu faire sortir tout de suite.»

Novembre 1811

«Ce n’est pas qu’une maîtresse doive prêcher toutes les fois que l’envie lui en prend, non, mais elle doit s’assurer que les enfants connaissent à fond leurs devoirs envers Dieu, envers elles-mêmes: trois devoirs indispensables que tout chrétien doit savoir pour être sauvé.»

Avril 1811

«Il faut voir toutes les choses de la religion en grand, mais ne point former de petites dévotes mais de bonnes mères chrétiennes, des personnes utiles dans la société, de grandes âmes capables de persévérer dans le bien.»

Juillet 1808

 

«Pour nous, il faut une gaieté sans dissipation afin de gagner les cœurs. On choisit, dans le monde, des personnes d’un caractère gai pour former les enfants à la religion et aux sciences.»

Septembre 1814

«On a si peur de mettre ses enfants avec des religieuses parce que, dit-on, elles sont tristes comme des bonnets de nuit.»

26 novembre 1814

«Je vous recommande instamment de vous entraider, de vous rendre tous les services possibles, de vous traiter mutuellement avec respect»

Novembre 1814

Sainte Julie Billiart veut que ses «enseignants»

  • vivent la pédagogie de l’exemple.
  • humanisent l’enfant en l’accoutumant à la politesse, la simplicité du cœur et de vie, en retirant avec patience les épines des ronces.
  • emploient la pédagogie du cœur, de l’attention aux autres, de la proximité, de l’exemple, du dépassement de soi, du respect mutuel, de la solidarité.

L’œuvre éducatrice de Julie Billiart peut être contenue en 4 points :

  • L’enfant est une âme qu’il faut modeler à l’image de Jésus
  • L’enfant est une volonté qu’il faut diriger vers le bien
  • L’enfant est une intelligence qu’il faut éclairer en lui faisant connaître le bien
  • Un enfant est un cœur doté de la puissance d’aimer qu’il faut tourner vers le bon et le bien.

L‘éducation a la lumière de la tradition Notre-Dame

La tradition de notre école est centrée sur l’éducation. Celle-ci est marquée par les valeurs évangéliques vécues par Sainte Julie Billiart:

  • Bonté
  • Confiance
  • Respect de la dignité humaine
  • Respect de la dignité de fils de Dieu

BONTE

Le premier point de la spiritualité de Ste Julie c’est la prise de conscience d’un Dieu de bonté qui invite toute personne à devenir pleinement elle-même, à se mettre debout.
La fidélité à l’intuition de Sainte Julie se trouve
«Dans l’identification de ce que l’enfant ou le jeune peut avoir en lui de bon et de bien,
dans la possibilité qu’on lui offre de développer cet aspect original de sa personnalité,
dans le cadre bienveillant dans lequel on lui permet de travailler.»

CONFIANCE

Le deuxième point de la spiritualité de Sainte Julie est la confiance.
Notre relation d’éducateur est une relation de confiance qui va éveiller l’enfant et le jeune à vivre cette même confiance en lui-même, dans les autres, dans la vie et en Dieu.
Faire grandir cette confiance

  • permet: d’oser risquer
  • de lutter contre le défaitisme, l’individualisme
  • favorise le développement de l’autonomie

RESPECT DE LA DIGNITE HUMAINE

La spiritualité de Sainte Julie met l’accent sur

  • Le respect de l’autre avec l’accueil de tous les jeunes, en particulier les moins favorisés
  • L’éducation à l’autonomie, à la liberté, à la responsabilité.

Il est essentiel de donner à chacun le moyen d’être lui-même l’acteur de sa propre formation de manière à ce qu’il puisse de plus en plus mettre tout son être au service des autres pour créer avec eux des relations porteuses de vie afin de construire un monde plus juste et plus fraternel où le plus petit est aimé, respecté, guidé, compris.

RESPECT DE LA DIGNITE DE FILS DE DIEU

Amener l’enfant et le jeune à découvrir le visage de Dieu était son objectif premier.
L’apprentissage de l’art de vivre, des matières enseignées, du contenu de la foi étaient des moyens pour amener chacun à son épanouissement personnel.

© 2013: Ecole Notre Dame de Bastogne | KABBO Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress